« Aide publique au développement : une fois de plus, le compte n'y est pas ! »*

Mercredi 13 avril 2016,  l’OCDE a publié la contribution des Etats à l’aide publique au développement (APD) en 2015. Une information qui provoque le mécontentement des ONG françaises du développement face aux résultats du pays.

« 0,7 % de la richesse nationale promis, 0,37 % alloué »

Selon l’OCDE, la France n’a consacré que 0,37 % de sa richesse nationale à l’aide publique au développement en 2015.

« Cette fois encore, la France ne respecte pas son engagement de consacrer 0,7 % de sa richesse nationale au développement des pays pauvres. Un effort pourtant indispensable pour lutter contre la pauvreté, les inégalités et le changement climatique. » Indique Coordination SUD dans un communiqué de presse.

 Ces chiffres inquiétants, publiés à quelques jours du 1er Forum de suivi sur le Financement du développement (du 18 au 20 avril à New York), traduisent un désengagement de la France en matière de coopération et de solidarité internationale. Cette situation ne peut être tolérée et doit évoluer, notamment au vu de la situation actuelle de crise que connait le monde !

Comment un pays comme la France peut-il se défausser de ses responsabilités à l’égard des pays les plus pauvres ? Et ne pas prendre le parti de la lutte contre la pauvreté et les inégalités ?

La Coalition Education se joint à Coordination SUD dans sa demande de voir «  un sursaut du gouvernement en cette fin de quinquennat. Utilisée de façon efficace et transparente, l’aide publique au développement représente une dépense d’avenir, capable d’améliorer concrètement le quotidien de millions de personnes ailleurs dans le monde, aujourd’hui et demain. », et notamment d’atteindre l’objectif des 0,7% de la richesse nationale de la France dédié à l’APD avant 2030.

La Coalition Education craint que ces nouvelles données alarmantes soient le constat d’une baisse de la part de l’aide publique au développement de la France consacrée à l’éducation.

Face à cette situation, la Coalition rappelle ses recommandations en matière d’APD à l’éducation, formulée notamment dans l’édition 2015  de l’Observatoire de l’aide à l’éducation dans les pays les plus pauvres 

Entre 2010 et 2016, la France a réduit de 1 milliard d’euros ses crédits budgétaires dédiés à l’aide publique au développement et fait le choix de couper de 10 % ce budget lors des dernières discussions budgétaires
Coordination SUD.

  • La politique française de coopération pour lʼéducation devrait être interrogée à la lumière de sa tendance baissière, de la prépondérance du canal bilatéral par rapport au multilatéral, et des objectifs à privilégier pour répondre réellement aux besoins
  • LʼAPD éducation officiellement comptabilisée doit être apurée des frais dʼécolage, ou a minima nʼinclure que ceux concernant les étudiants ressortissants des pays prioritaires de lʼaide française, listés par le CICID en juillet 2013
  • 10% de lʼAPD totale doivent être consacrés à lʼéducation de base, afin dʼinverser la tendance actuelle et dʼhonorer la Déclaration du Forum mondial sur l'éducation dʼIncheon (Mai 2015) dans laquelle les gouvernements ont appelé à « accroître les dépenses publiques en faveur de lʼéducation »
  • La contribution française au financement du Partenariat mondial pour l’éducation doit être progressivement rehaussée, inscrite dans un calendrier pluriannuel, et ainsi mise en cohérence avec les priorités sectorielles de la France en matière dʼaide au développement
  • Lʼaide à lʼéducation doit être recentrée sur les pays pauvres prioritaires, en consacrant notamment au moins 50% de lʼAPD éducation à lʼéducation de base dans ces pays

 

Du 25 au 30 avril 2016, la Coalition Education participera à une mobilisation mondiale « la Semaine mondiale pour l’éducation » de la Campagne mondiale pour l’éducation, aux côtés d’organisations de la société civile de défense du droit à l’éducation du monde entier pour appeler à davantage de financements pour l’éducation et rappeler aux gouvernements et à la communauté internationale leur responsabilité d’assurer une éducation de qualité pour tous.

Dans le cadre de cette mobilisation mondiale, la Coalition co-organise un séminaire "Financer durablement l'éducation ?"avec le ministère des Affaires étrangères et du Développement international et l'Organisation internationale dela Francophonie, qui aura lieu le 4 mai 2016, Paris 15e. 

Pour réagir sur le thème, un hashtag  a été créé #Fundthefuture ou #Investirpourlavenir. 

 

*Communiqué de presse, Coordination SUD, 13 avril 2016.