Objectif Éducation pour le développement durable

Parmi les 17 Objectifs de développement durable (ODD) fixés par les Nations Unies pour mettre fin à l’extrême pauvreté dans le monde d’ici 2030, figure un objectif indépendant sur l’éducation : l’Objectif numéro 4, qui vise à « assurer l'accès de tous à une éducation de qualité, sur un pied d'égalité, et promouvoir les possibilités d'apprentissage tout au long de la vie ».

L’inégal accès à l’éducation de qualité dans les pays les plus pauvres du monde est un frein au développement. Les populations les plus défavorisées sont confrontées aux difficultés les plus criantes en matière d’accès à l’éducation de qualité. Selon le dernier rapport de suivi de l’Education pour tous (EPT), dans le monde, les enfants les plus pauvres ont quatre fois moins de chances de fréquenter l’école que les enfants les plus riches et la probabilité qu’ils n’achèvent pas l’éducation primaire est cinq fois supérieure. Dans le même temps si tous les étudiants dans les pays à faible revenu quittaient l'école avec des compétences de base en lecture, 171 millions de personnes pourraient sortir de la pauvreté.

Les lacunes de l’éducation privent les enfants, jeunes et adultes des avantages socio-économiques de l’éducation et notamment de la possibilité d’obtenir un emploi décent et d’acquérir les savoirs et les valeurs nécessaires pour comprendre, se préparer, s’informer, critiquer, vivre avec les changements, et adopter des nouveaux modes de vie et de consommation.

Pourtant les liens entre l’éducation et le développement durable sont clairs, non seulement l'éducation a un effet économique mais elle a aussi un effet sur la société dans son ensemble. L’accès des populations à une meilleure éducation a un impact positif sur de nombreux autres secteurs : la santé et l’espérance de vie, les revenus, la pauvreté, la paix, le droit des filles et des femmes, la croissance économique et l’environnement, et elle facilite l'émergence de la bonne gouvernance et de la démocratie. L’éducation, sous toutes ses formes est un levier essentiel de transition et de développement vers des sociétés plus prospères, plus inclusives et plus justes, comme en témoignent les quelques données suivantes (Rapport mondial de suivi sur l’EPT 2015) :

  • chaque année de scolarité supplémentaire fait progresser le produit intérieur brut annuel d’un pays de  0,37% ;
  • une année de scolarité supplémentaire augmente les revenus d'un individu jusqu'à 10% et peut accroître ceux d'une femme de 10% à 20% ;
  • chaque fois que le taux d’analphabétisme diminue de 1% l’espérance de vie augmente de 2% ;
  • chaque année supplémentaire de scolarité d’une mère réduit la probabilité de mortalité infantile pour ses enfants de 5% à 10% ;
  • un taux de scolarisation dans l'enseignement secondaire de 10 points de pourcentage supérieur à la moyenne réduit le risque de guerre  d'environ 3 points de pourcentage.

En 2000, les dirigeants politiques du monde entier se sont engagés à réaliser les huit objectifs du Millénaire pour le développement (OMD) pour répondre aux besoins des plus pauvres dans le monde avant 2015. Le deuxième de ces OMD était consacré à l’éducation et visait à « assurer l’éducation primaire pour tous ». En 2015, la scolarisation primaire universelle a quasiment été atteinte avec un taux près de 90 % dans les pays en développement. Toutefois,  l’OMD 2 omettait des dimensions essentielles pour parvenir à l’éducation pour tous, favorable au développement durable : l’éducation de la petite enfance, la formation continue tout au long de la vie, la qualité et la gratuité de l’éducation, mais aussi les notions  d’équité et d’inclusion. En conséquence,  selon le rapport sur l’éducation pour tous de l’Unesco, en 2014 le taux de scolarisation dans l’enseignement pré-primaire n’atteignait que 20% en Afrique subsaharienne et 25% dans les Etats arabes et seulement 41 % des adolescents étaient inscrits dans l’enseignement secondaire en Afrique subsaharienne. Par ailleurs, dans un grand nombre de pays pauvres, les établissements secondaires comptent 40 à 50 élèves par classe, des conditions non propices à un enseignement de qualité. De plus, 757 millions d’adultes n’étaient pas capables de lire ou d’écrire une simple phrase, dont les deux tiers étaient des femmes.

En 2015, les gouvernements ont renouvelé leur engagement pour mettre fin à l’extrême pauvreté dans le monde à l’horizon de 2030 et ont adopté les 17 Objectifs de développement durable (ODD) définis par l’ensemble des acteurs du développement dans le cadre des Nations Unies. L’Objectif 4, indépendant, est dédié à l’éducation – « Assurer une éducation inclusive et équitable de qualité et un apprentissage tout au long de la vie pour tous ».  Plus complet que le précédent OMD 2, l’ODD 4 marque une avancée importante. Il incarne une vision élargie de l’éducation en mettant l’accent sur l’égalité homme-femme dans l’accès à l’éducation, la gratuité de l’éducation, la notion d’éducation inclusive et le continuum éducatif de la petite enfance à l’éducation tout au long de la vie.

L’ODD 4 et le Cadre d’action « Education 2030 », qui orienteront les politiques nationales et internationales en matière d’éducation pour les quinze années à venir, sont l’opportunité pour les pays les plus pauvres de mettre en place des systèmes  éducatifs de qualité et justes, qui contribueront au développement et au bien-être des populations les plus démunies.

Des efforts considérables sont nécessaires afin d’assurer la réalisation de cet agenda d’ici 2030.

Nos recommandations : 

Les gouvernements du monde entier doivent :

  • incorporer ce programme dans leurs politiques publiques ;
  • placer les questions du suivi et des indicateurs au centre des débats afin de faire de cet objectif une réalité mesurable, tangible et efficiente ;
  • assurer la transversalité des ODD et leur cohérence pour garantir leur pérennité.
 


AUTRES ENJEUX :